Jean Sablé


La calligraphie pour son dépouillement, et le minéral pour sa puissance sont sources d’inspiration pour Jean Sablé.

C’est du geste maitrisé, de la matière en mouvement ou brutalement figée, qu’émergent des paysages et des formes où le trait et la couleur sont associés et composés en une partition dynamique.

Les vides comptent autant que les pleins, comme les silences des sons. L’infiniment petit rejoint l’infiniment grand.

Chacun y lira une histoire où le mot de la fin n’apparaît jamais.